LQJ-283

Transition d’un état à un autre avec des phases de distorsions, de destructurations, d’accélérations et de pauses. Vision organique du changement.(Vision d’artiste) (pandémie, guerre aux portes de l’Europe, perspectives climatiques catastrophiques), il est essentiel d’appréhender les processus de changement, aux niveaux individuel, collectif et sociétal, ceux-ci étant interreliés », estime Fabienne Glowacz. LA CRISE, UN MOMENT PLEIN DE SENS Paradoxalement, si la crise génère de l’angoisse et déstabilise le système, elle est aussi un moment opportun, favorable à la remise en question. Même si cela ne se passe pas sans heurts. Invitée à prendre part au colloque, la Pr Catherine Fallon (centre d’analyse et évolution des politiques publiques, innovation du terrain en faculté de Droit, Science politique et Criminologie) pose la question : comment la crise engendre-t-elle des processus de changement ? « Curieusement, la crise facilite les métamorphoses, constate-t-elle. L’urgence fait loi. Durant le confinement par exemple, de véritables dynamiques d’innovation ont vu le jour. Dans le domaine des violences intrafamiliales, une réflexion transversale a été menée auprès des PMS et des services d’aide aux victimes. Des dispositifs plus souples ont été mis en place, de nouvelles pratiques ont été encouragées : un relais via les pharmacies, un appel au public pour demander aux voisins et amis de rompre l’isolement des familles, un suivi proactif de la police, un travail de “revisite” auprès des victimes, etc. » Et Fabienne Glowacz de renchérir : « La crise est un temps de bouleversements et de dangers, mais elle joue un rôle de catalyseur et offre des opportunités d’apprentissages et de changements. Elle questionne le présent et nous projette vers le futur. Au-delà du choc qui peut paralyser, elle incite aux transformations, aux innovations et aux changements de l’individu et des systèmes. » La crise sanitaire que nous venons de vivre a été fertile en enseignements. « Un exemple parmi d’autres : la pandémie a boosté le numérique en outrepassant les résistances préalables. Les médecins ont donné des consultations en ligne, des ordonnances sont maintenant délivrées électroniquement aux pharmacies, etc. Dans le même temps, les soins psychologiques et interventions de proximité (au plus près du milieu de vie des patients et au sein de la communauté) sont actuellement prônés et valorisés par les politiques et professionnels de soins en santé mentale, reprend Fabienne Glowacz. Les autorités ont pris conscience de l’ampleur de la souffrance psychique septembre-décembre 2022 / 283 ULiège www.ul iege.be/LQJ 37 omni sciences

RkJQdWJsaXNoZXIy MTk1ODY=