LQJ-287

janvier-avril 2024 i 287 i www.uliege.be/LQJ 17 univers cité boulevard du Rectorat. Il s’agit d’une large voie réservée aux deux roues, sécurisée grâce à un talus végétalisé. Nous travaillons à faire de même à partir d’Ougrée, ainsi que sur une jonction entre le CHU et Boncelles, dans les années suivantes. » Toujours dans la même optique, la rénovation de la route du Condroz débutera au printemps. « À terme, elle comprendra deux bandes pour les bus, deux autres pour les voitures et, de part et d’autre, deux pistes cyclables, ce qui nous connectera à Kinkempois et Angleur », se réjouit le vice-recteur. TRAM, BUS ET NAVETTE FLUVIALE Et si on favorisait les transports en commun ? La mise en circulation du tram à Liège en janvier 2025 (si, si !) modifiera, on le sait, les itinéraires des bus du TEC. L’occasion de multiplier les lignes vers le campus ? « Nous avons intensifié nos contacts avec la direction des TEC, dans un dialogue très constructif, révèle le vice-recteur. Et les perspectives sont encourageantes : deux lignes “Busway” (lignes B2 et B3) desserviront bientôt le Sart-Tilman. » Ces Busway – “bus à haut niveau de service” –, articulés et électriques, transporteront près de 120 personnes tout en offrant le confort d’un tram. À partir du mois de janvier 2025, la ligne B2, la première, ralliera la gare des Guillemins au CHU de Liège. D’autres lignes complèteront encore les possibilités de rejoindre le Sart-Tilman (voir encadré). « Les TEC nous assurent que ces lignes augmenteront substantiellement la fréquence et l’amplitude des connexions pour les personnes acheminées chaque jour sur le campus », déclare, serein, le vice-recteur. À plus long terme, l’ULiège porte le projet que les trains en provenance de Verviers puissent faire un arrêt en gare de Chênée. « Cela permettrait aux étudiants de sauter ensuite dans le bus L25 pour arriver rapidement au Sart-Tilman », note le Pr Duysinx qui négocie cette possibilité avec la SNCB… tout en soutenant l’idée des navettes fluviales (entre Herstal et Seraing) émise par la ville de Liège. Un arrêt près de la Grand Poste pourrait être envisagé. Parallèlement à toutes ces initiatives, le vice-recteur Duysinx réfléchit aussi à l’organisation des cours. « Nous essayons de réduire, durant une même journée, les déplacements superflus des étudiants entre la ville et le Sart-Tilman. Une étude réalisée par les Prs Quentin Louveaux et Jacques Teller montre qu’une vingtaine de cours entraîne le déplacement de grandes cohortes d’étudiants en cours de journée. Ainsi, quelques professeurs ont aimablement accepté de “descendre à Liège” ou de “monter au Sart-Tilman” afin d’éviter à 300 étudiants de se déplacer. Mais ce n’est pas toujours possible. Par ailleurs, un groupe de travail étudie le retour de deux Facultés au centre-ville dans les années à venir, ce qui pourra également réduire le nombre de trajets entre la ville et le campus boisé. » La faculté d’Architecture, elle, s’affiche désormais comme un campus vert : elle a décidé d’exclure les voitures sur son site en Outremeuse. « Un bel encouragement à la mobilité douce et à l’utilisation des transports en commun », se réjouit le Pr Duysinx. Qui sait ? L’artiste Fernand Flausch, avec La mort de l’automobile, avait peutêtre une longueur d’avance. Nouvelle liaison entre la rue de Sordeye et la rue des Homes Cellule mobilité- ARI ULiège

RkJQdWJsaXNoZXIy MTk1ODY=