LQJ-287

s’applique aussi à propos de l’art pariétal, à Lascaux ou Altamira par exemple. Les artistes étaient-ils des hommes ou des femmes ? Il faut avoir l’humilité de dire que nous ne le savons pas. Si nous devons nous méfier de nos images mentales, il faut aussi se méfier de l’utilisation abusive de l’archéologie, une science qui peut être manipulée. Je pense aux archéologues nazis qui prétendaient que les Allemands descendaient des populations de l’âge du Bronze (-2 200/ -800 en Europe). Toute la culture des “champs d’urnes” (-1350/-950) – quand l’incinération remplace l’inhumation qui prévalait dans les périodes précédentes – était considérée comme “historiquement allemande”, ce qui justifiait les visions expansionnistes politiques ! Le régime soviétique, à ses débuts, a également invoqué des sources archéologiques pour corroborer les théories officielles du parti communiste sur l’évolution de la société... V.R. : Ce qui est intéressant, c’est de réfléchir sur le temps long, très long ! Beaucoup de gens ont du mal à se rendre compte de la profondeur du temps. Nous ne sommes qu’un maillon dans la longue histoire de l’humanité. La connaissance de la Préhistoire permet de réfléchir différemment sur les problèmes de notre époque. Les migrations par exemple, ou les actuels bouleversements climatiques. On connaît, dans les époques lointaines, des périodes de glaciation et de grandes fluctuations climatiques. Mais toujours l’homme s’est adapté. Nous avons certainement beaucoup à apprendre sur cette capacité d’adaptation, sur les solutions adoptées. Par ailleurs, nous savons à présent que le berceau de l’humanité se trouve en Afrique. Homo sapiens est né là-bas, puis a émigré. Nous sommes donc toutes et tous des migrantes et migrants en Europe ! La Préhistoire nous invite à ouvrir notre esprit, à élargir notre cadre de références, à évaluer l’évolution humaine sur des centaines de milliers d’années. Finalement, les premiers hommes modernes et les Néandertaliens sont-ils si loin de nous ? Certes leur mode de vie était différent et leurs techniques rudimentaires, du moins à nos yeux. Mais d’un point de vue cérébral, cognitif, avons-nous vraiment changé ? Pour aller plus loin Le laboratoire Traceolab fut créé à l’ULiège en 2013, grâce à une subvention européenne (ERC). Une journée scientifique a été organisée le 26 octobre dernier à l’occasion de cet anniversaire. Invité, le Pr Larry Barham a donné une conférence intitulée “The earliest wood structure in the world found at Kalambo Falls, Zambia : a journey of discovery”. * conférence sur www.LQJ.uliege.be/Barham • L. Barham, G. A. T. Duller, I. Candy, C. Scott, C. R. Cartwright, J. R. Peterson, C. Kabukcu, M. S. Chapot, F. Melia, V. Rots, N. George, N. Taipale, P. Gethin & P. Nkombwe, “Evidence for the earliest structural use of wood at least 476,000 years ago” dans Nature, 20 septembre 2023 • Justin Coppe, Christian Lepers and Veerle Rots, “Projectiles Under a New Angle: a Ballistic Analysis Provides an Important Building Block to Grasp Paleolithic Weapon Technology”, in Journal of Archaeological Method and Theory, 2022 • Timothee Libois, Philip. R. Nigst, Paul Haesaerts, Marjolein D. Bosch, William C. Murphree, Tansy Branscombe et Pierre Noiret, “40 ans de recherches avec Vasile Chirica : Mitoc-Malu Galben”, dans Cornelia M. Lazarovici et Alexandru Berzovan (dir.) Quaestiones praehistoriae- Studia in honorem professoris Vasile Chirica, éd. Academiei Romane, Bucuresti-Braila, 2018 • Pierre Noiret, Thomas Morard, Dick Tomasovic, Line Van Weersch, Indiana Jones. À la découverte de l’archéologie, juin 2023 janvier-avril 2024 i 287 i www.uliege.be/LQJ 67 le dialogue

RkJQdWJsaXNoZXIy MTk1ODY=