Le MAD est mort

Vive le Trinkhall museum !

Dans Univers Cité
Article Patricia Janssens Photo d'illustration Alain Janssens

À Liège, le bâtiment qui abritait autrefois les ateliers du Créahm et le Musée d’art différencié (MAD) avait bien besoin d’un lifting. C’est chose faite. Et son inauguration est prévue pour le 19 mars 2020.

L’Atelier d’architecture Aloys Beguin-Brigitte Massart, retenu au terme d’un concours, a choisi d’englober l’ancien édifice dans une structure translucide en polycarbonate alvéolaire qui ménage de belles perspectives sur le parc d’Avroy, sa couverture végétalisée participant de surcroît d’une douce intégration dans ce cadre de verdure. Ainsi conçue, la réhabilitation augmente considérablement la surface d’exposition du musée (600 m2) tout en permettant l’installation d’une librairie, d’un centre de documentation et d’un espace pour des activités pédagogiques. Par ailleurs, le café-restaurant bien connu – désormais Trinkhall café – accueillera à nouveau passants et visiteurs. Grâce aux efforts conjugués de la ville de Liège et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Trinkhall museum sera ouvert le 19 mars prochain.

Porté sur les fonts baptismaux en 1979 à l’initiative de l’artiste liégeois Luc Boulangé, le Créahm (Créativité et handicap mental), dont le musée émane, a toujours eu l’ambition de révéler les œuvres d’adultes handicapés mentaux produites en ateliers, à l’instar de quelques démarches italiennes et américaines, notamment. Depuis 40 ans, ces deux activités distinctes (atelier et musée) et néanmoins indissociables ont donné naissance, à Liège, à une collection impressionnante d’œuvres d’art. Près de 3000 pièces réalisées par ces artistes singuliers – dessins, peintures, sculptures, gravures – sont répertoriées au Trinkhall museum. « Il s’agit donc d’une collection très riche et d’une qualité exceptionnelle détenue, c’est une singularité, par une ASBL directement engagée dans la production en ateliers, précise Carl Havelange, nouveau directeur artistique du musée et par ailleurs maître de recherche au FNRS au département des sciences historiques de l’ULiège. De plus, la situation particulière de ces œuvres ravive les questions fondamentales concer- nant la nature, les moyens et les fonctions de l’art. Cette collection est en fait un observatoire idéal : elle interroge les relations de la création artistique avec la société, avec chacun d’entre nous. »

Le projet muséal renouvelé s’articulera autour de la notion d’“art situé”. Si Jean Dubuffet voyait dans cette production particulière un “art brut”, au sens premier du terme, soit “primitif”, “original” voire “virginal”, on la définit plutôt aujourd’hui comme un “art différencié”, “outsider”. « Il est “situé” dans le sens que confère à ce terme la philosophe Donna Haraway, un art lié à un lieu et à un temps. La création artistique reflète à la fois l’artiste et les conditions de production, ici – en atelier et donc dans un collectif – et maintenant. C’est un art qui échappe aux catégories et se trouve à la croisée de la pratique et du regard extérieur », reprend Carl Havelange.

La collection du Trinkhall conserve des œuvres provenant du monde entier, dont la plupart ont été réalisées en contexte d’atelier par des artistes handicapés mentaux. Elle accorde également une importance particulière aux productions du Créahm, qu’elle intègre selon un processus de sélection rigoureux. Le Trinkhall n’est pas la vitrine du Créahm, mais ne cesse de s’adosser à l’expérience des ateliers. Autour de la création artistique des personnes porteuses d’un handicap mental, il a pour ambition de donner à voir, à percevoir et à comprendre les puissances expressives des mondes fragiles. « Plus largement, reprend Carl Havelange, il s’agit de contribuer à une réflexion générale sur les liens entre art et science, une préoccupation que l’on retrouve également à l’Université. »

Avec Lucienne Strivay, Amandine Servais et Maud Hagelstein du groupe de contact FNRS “Cultures sensibles”, Carl Havelange publiera, à l’occasion de l’inauguration du musée, un ouvrage scientifique sous forme de coffret, lequel présentera le musée et son histoire, l’exposition en cours “Visages/frontières”, les arts situés à destination des enfants et un manifeste des arts situés. Le catalogue des œuvres in extenso sera bientôt en ligne.

Partager cet article